TEST : Gone Home : explorez votre manoir en pleine nuit

20 février 2017

Vous savez comme j’aime les jeux narratifs, n’est-ce pas ? Vous savez, les jeux qui vous font vivre l’espace de quelques heures une expérience unique. Gone fait partie de ces jeux atypiques, dont le principe est la narration par l’exploration. Et pour ce premier article de 2017, c’est donc ce jeu que je vais vous présenter.

Mais où est passée notre famille ?

Gone Home est un jeu sorti en 2013 sur PC, Mac et Linux, développé par le petit studio américain Fullbright, à l’époque composé de 4 personnes. Depuis février 2016, il est également disponible sur PS4 et Xbox One. Dans ce jeu se déroulant en 1995 aux États-Unis, dans l’Etat d’Oregon, vous incarnez Kaitlin Greenbriar, de retour chez sa famille après un voyage d’un an en Europe. Vous arrivez aux alentours de minuit, en pleine tempête, pour trouver le nouveau manoir de votre famille vide, avec seulement une note de votre soeur qui vous demande de ne pas fouiller la maison et de ne pas essayer de la retrouver. Et qu’allez vous faire ? Exactement ce qu’elle vous demande ne pas faire ! Le Gameplay, comme pour tout jeu narratif, est extrêmement simple. Vous vous baladez simplement dans la maison. Vous pouvez interagir avec quelques éléments : ouvrir des portes, allumer la télévision, etc… Votre but sera de trouver les différents indices qui vous permettront de comprendre ce qui est arrivé à votre soeur et à votre famille.

Gone Home, le jeu qui se joue de nous

Si je devais décrire Gone Home en une phrase, je dirais que c’est un jeu qui nous trompe. Il se joue de nous tout au long des trois heures de jeu, en installant une ambiance mystérieuse, presque flippante, bien que ce ne soit pas un jeu d’horreur. Je n’en dirais pas plus, car ce serait gâcher une grande partie du jeu. Mais si vous y jouez, vous comprendrez ce que je veux dire. L’histoire du jeu se fait sur deux niveaux de lecture. Il y a la trame principale, qui nous raconte ce qui est arrivé à notre soeur Sam. J’ai trouvé cette histoire principale assez basique, sans grande surprise, même si j’ai quand même apprécié la suivre jusqu’au bout. Mais il y a aussi des trames secondaires (et non facultatives), comme celle du père, de l’oncle ou de la mère, beaucoup plus discrètes et difficiles à suivre. Les éléments sont parfois bien cachés et les indices peu précis. Le jeu ne nous tient pas du tout par la main. Il faut vraiment tout explorer et bien réfléchir pour comprendre ces trames secondaires, sous peine de passer à côté de pas mal d’éléments intéressants. Certaines personnes ont beaucoup apprécié ce côté “cherche par toi même”, mais d’autres, comme moi, auraient préféré avoir un peu plus de détails et d’éléments pour développer les histoires des autres membres de la famille.

Une ambiance réussie qui rattrape le reste

Les graphismes sont assez simples, plutôt neutres. On note des efforts sur les détails de quelques objets retrouvés dans la maison, par exemple les conserves ou les aliments avec des marques inventées pour le jeu, ou encore des fausses cartouches de jeu de Super Nintendo. Dommage que les meubles et les pièces soient presque vides, avec seulement quelques éléments décoratifs et les éléments clés à récupérer. Le jeu tente de justifier ça avec le fait que les cartons ne soient pas encore tous déballés, mais ce n’est pas très crédible quand on sait que notre famille a déménagé dans la maison il y a plusieurs mois. Les musiques du jeu, peu nombreuses, ne m’ont pas spécialement marquée. Cependant, il y a un très gros travail sur le sound-design pour renforcer l’ambiance du jeu. Les coups de tonnerre, le bruit du vent qui souffle sur les fenêtres, et les bruits de grincement de la maison (qui parfois ressemblent à des bruits de pas) sont toujours là pour nous faire sentir mal à l’aise, voire nous faire peur.

Bilan

Gone Home, plus qu’un jeu, c’est une expérience, certes courte, mais unique à vivre. On sent que les lacunes du jeu sont dues à son petit budget. C’est dommage, mais d’un autre côté, la narration fonctionne très bien et l’ambiance installée aussi. L’histoire principale, bien que classique, reste émouvante. Mais ce qui fait la force du jeu, ce sont les petites trames annexes, que tout joueur passionné s’amusera à reconstituer et à interpréter comme bon lui semble. Car oui, malgré tout, de nombreux éléments restent mystérieux, et les théories ne manquent pas de se multiplier sur internet. Le prix d’origine de 20€ est, selon moi, bien trop cher pour la durée du jeu, mais il est facilement trouvable à 5€ en périodes de soldes, et à ce prix là, ça vaut le coup !

D'autres articles pour vous

4 Commentaires

  • Reply Piece of Geek 20 février 2017 at 17:05

    J’ai mis la vidéo en fond lors de la lecture de l’article comme ça j’étais en rythme. J’ai beaucoup entendu parlé de se jeu mais ce n’est pas un jeu qui m’attire. Comme tu dis, tu aurais préféré qu’il te tienne par la main c’est un peu mon cas aussi je pense. Super article 😉

  • Reply Théo 3 juillet 2017 at 06:30

    Salut Dibela et Shineydark,
    Il est génial, votre blog ! Je suis aussi un passionné d’œuvres vidéoludiques (plus spécialement les jeux PC) et c’est la première fois que j’entends parler de celle-ci. Elle me fait penser à un divertissement du même genre que j’ai récemment testé et qui s’intitule The Fidelio Incident. L’avez-vous déjà essayé ?

    • Reply Dibela 3 juillet 2017 at 20:18

      Salut Théo ! Merci beaucoup pour le compliment ^^
      Est-ce que ça t’a donné envie d’y jouer ? (il est trouvable facilement à un très bon prix)
      On n’avait jamais entendu parler de The Fidelio Incident non plus, mais ça a l’air un peu dans le même genre et bien sympa ! Merci pour la découverte 🙂

      • Reply Théo 14 juillet 2017 at 22:22

        De rien ^^
        Oui, j’aimerais bien le tester. 😉

    Laisser un commentaire