TEST : Super Lucky’s Tale : que vaut la fusion entre Crash et Mario ?

12 mars 2018

Après une première apparition en VR dans le catalogue de jeux Oculus Rift, le héros Lucky est de retour sur PC et Xbox One pour une nouvelle aventure ! Super Lucky’s Tale a fait partie des jeux proposés au lancement de la Xbox One X, le 7 novembre 2017. Découvrez dans ce test ce que valent les aventures du renard dans un monde très coloré et enfantin !

Super Lucky's Tale histoire

Un merveilleux conte pour enfant ?

Lucky vit dans un monde haut en couleurs rempli de gentilles créatures. À l’exception de Jinx, un énorme chat, qui retient prisonnière la sœur de Lucky. Son seul moyen de la libérer est de traverser les 4 différents univers à l’aide du livre des Âges. Livre dont veut s’emparer Jinx pour acquérir de grands pouvoirs. On se retrouve avec un scénario basique où le héros fait face à un méchant qui a capturé un être cher (comme Mario vous avez dit ?).

Super Lucky’s Tale est un jeu clairement pensé pour un jeune public. Les personnages sont très mignons, le scénario est très simple à comprendre. Il dégage une ambiance apaisante où la difficulté n’est pas vraiment présente. Sur notre route, on rencontrera plusieurs PNJ, amis comme ennemis, ayant chacun leur petite touche d’humour.

Super Lucky's Tale

Un gameplay qui reprend les bases des jeux de plateforme

Dans la forme, Super Lucky’s Tale est très proche d’un jeu Mario. On alterne des phases de jeu en 3D, d’autres en 2D. À l’image des Étoiles, des Soleils ou plus récemment des Lunes dans les jeux Mario, on avance dans le niveau jusqu’à atteindre le trèfle qui se situe au bout du niveau. Au niveau des contrôles, on reste dans la simplicité. Lucky peut sauter, taper les ennemis et plonger dans le sol pour avancer dans la terre et devenir intouchable. Les distances entre certaines plateformes sont parfois difficiles à jauger, surtout lorsqu’on saute vers l’avant. C’est sans-doute la faute à la caméra, qu’on ne peut pas déplacer comme on souhaite en mode 3D. On peut seulement l’orienter sur 3 axes prédéfinis.

Super Lucky's Tale

En plus du trèfle final à aller chercher, 3 autres trèfles peuvent être récupérés par niveau. Il faut pour cela obtenir 300 pièces, réussir une petite énigme et récupérer les 5 lettres du mot « LUCKY » dispersées dans le niveau et quelques fois cachées. Il va y avoir des niveaux où récupérer ces trèfles sera un jeu d’enfants, d’autres où j’ai recommencé une bonne dizaine de fois.

Les différents mondes sont constitués d’une demi-douzaine de niveaux, que l’on traverse à la manière d’un Candy Crush Like. Pour débloquer le niveau 2, il faut avoir fait le niveau 1, etc. Au final, le jeu est très court, avec seulement une vingtaine de niveaux et aucun contenu après histoire. J’ai réussi à le terminer à 100% en 7 heures de jeu, en réunissant tous les trèfles, qui sont au nombre de 99.

Super Lucky's Tale


Points positifs :

  • L’alternance de passages 2D/3D
  • Les trèfles à récupérer dans chaque niveau
  • La direction artistique colorée

Points négatifs :

  • Durée de vie
  • Pièces inutilisables
  • Apprécier les distances est parfois compliqué
  • Le « Allez ! » de Lucky à chaque réapparition

Je suis un peu mitigé concernant ce jeu. D’une part, j’ai trouvé la direction artistique assez sympa, même si elle fait très enfantin. L’univers très coloré et la simplicité du gameplay en font un jeu très facile d’accès et sympa à jouer pour ne pas se prendre la tête. Mais d’un autre côté, le jeu est vraiment très court, l’histoire est inintéressante. On pourra aussi regretter l’absence de marchands dans le jeu : toutes les pièces qu’on ramasse, c’est pour du beurre ! C’est sûr que je réalise ce test en n’étant pas la cible principale de ce jeu, mais en étant objectif, il n’y a aucune raison de préférer jouer à Super Lucky’s Tale par rapport au dernier Super Mario Odyssey ou à Crash Bandicoot. Lucky a été un compagnon de jeu modeste pour quelques heures, et malheureusement pour lui, je ne pense pas qu’il restera longtemps dans ma mémoire.

D'autres articles pour vous

Aucun commentaire

Laisser un commentaire